Association de citoyens qui défendent l'environnement maritime

 

4 février 2014

L'association MOR GLAZ est choquée par les conditions sociales des gens de mer (le dumping social et le concurrence déloyale que cela peut générer) embarqués sur les navires de " Condor Ferries ".

membres de l'association MOR GLAZ

Encore une fois nous avons eu la triste illustration des dangers encourus par les marins et les conditions sociales parfois obscures qui règnent sur les pavillons de complaisance et l'absence de prise en charge d'un marin Français accidenté lors d'une manœuvre dans le port de Saint-Malo le 27 novembre 2013.

L'association MOR GLAZ constate et déplore que sans l'alerte déclenchée par des vigies de l'association, aucune autorité n'aurait eu connaissance qu'un marin était passé par-dessus bord lors d'une manœuvre d'accostage, qu'il avait perdu connaissance et qu'il avait été transporté à l'hôpital par les marins du bord. Il n'y aurait pas eu non plus d'enquête du BEAmer et celui-ci n'aurait pas su que le premier rapport de l'accident avait été falsifié. Nous nous demandons pourquoi le Capitaine du navire n'était pas présent lors de la visite planifiée par le BEAmer du lundi 27 janvier 2014 ? S'agit-il encore d'une tentative pour éluder les questions afin d'échapper aux obligations de ce " pseudo-armateur "?

Le port de Saint-Malo a l'obligation de ne laisser escaler que des navires prenant toutes les mesures garantissant la sécurité des marins et des passagers. Les suites de l'accident démontrent que " Condor Ferries " n'assure pas cette obligation et n'en assume pas les conséquences. Est-il sérieux de le laisser transporter des passagers dans ces conditions ?

L'association MOR GLAZ qui défend les marins (tous les marins) s'interroge si en ne respectant pas les lois Françaises sur la sécurité, les conditions de travail et d'emploi, le principe du " traitement pas plus favorable ", fondement de la Convention du Travail Maritime 2006 (MLC) ratifiée par la France s'applique et donc si cette société peut et doit continuer à faire travailler ses " ces " marins dans ces conditions.

Pour l'association MOR GLAZ un protocole d'accord doit être signé rapidement entre cet armement et les représentants des marins.

Les gens de mer Français résidents doivent bénéficier du droit Français. Épinglé pour entente illicite par le Conseil de la Concurrence en décembre 2004, un terme doit être mis à ce dumping social scandaleux et dangereux, qu'en pense le Ministre de la mer et des transports, ainsi que toutes les administrations concernées?

L'association MOR GLAZ condamne le fait que ce navire qui escale chaque jour en France ne soit soumis à aucune charge ni règle imposées à d'autres armements qui effectuent les mêmes activités. Y aurait-il des ententes non acceptables sur les îles anglo-normandes ?

31 janvier 2014

Que se passe-t-il dans la société " CONDOR FERRIES "

qui exploite ses navires entre les îles anglo-normandes et Saint-Malo sous pavillon du BAHAMAS,

une chose est certaine tout n'est pas aux normes défendues " préconisées "

par l'association MOR GLAZ,

tous les Marins doivent dépendre d'une convention collective.

---