Association de citoyens qui défendent l'environnement maritime

 
- Accueil -

 

 

Landerneau le 13 octobre 2013

 

 

Risques industriels sur les ports et plus particulièrement à Brest.

 

Après une énième étude et une énième version le résultat est sans appel, certaines entreprises installées sur le port de Brest devront au nom de la gestion des risques, engager des frais pour sécuriser leurs salariés ou déménager….

radicale lorsque l'on veut faire fuir les entreprises

d'un espace portuaire et donc industriel.

L'association MOR GLAZ qui entend défendre, la mer, les marins, la faune et la flore marines, la sécurité maritime,le développement du cabotage et dénoncer toutes les dérives du transport maritime ne pouvait que réagir au Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) autour des entreprises Imporgal et Stockbrest ….

oui il faut s'assurer d'une bonne sécurité…. oui mais jusqu'où peuvent aller les administrations pour se couvrir ?

La sécurité tant en mer que sur les quais reste une priorité pour l'association MOR GLAZ, l'association essaie depuis des années de défendre les activités sur le port de Brest en respectant toutes les normes sociales et environnementales, mais cette fois comme d'autres l'associaton MOR GLAZ émet un doute…….

Au nom du principe de sécurité et de la gestion des risques jusqu'où faut-il aller? Le port de Brest essaie de se développer en respectant les normes et voilà que l'Etat et quelques autres souhaiteraient imposer de nouvelles règles qui pour bon nombre sont inutiles et mettront en danger économique certaines entreprises du port de commerce de Brest qui ne pourront pas survivre à des investissements qu'ils jugent inutiles pour être aux normes " imposées " par cette énième étude.

Un port de commerce est par définition une zone à risques, par les marchandises qui y sont débarquées, par le stockage de produits divers et variés . Parce que Brest est un port ,il stock des matières dangereuses, carburant, gaz etc.….il joue le rôle d'un port rien de plus.

Sur les ports à Brest comme ailleurs les personnes qui y travaillent sont plus exposées, (manutentionnaires, dockers, douaniers, mais aussi paquebots en escales et marins embarqués sur tout type de navire etc...) que sur d'autres lieux de travail. Un port de commerce est par définition et par son rôle économique une zone à risques, oui il a comme motivation d'y stocker des marchandises y compris parfois dangereuses. C'est bien pour cela que l'association MOR GLAZ dénonce parfois les situations " dérives " qui lui paraissent dangereuses pour l'Homme et l'environnement.

Après renseignements pris, nous pouvons conclure qu'à Brest comme dans quasiment tous les ports français qui reçoivent et stock les marchandises identiques, que toutes les précautions sont prises, jusqu'où iront les surenchères.

Après les technocrates Bruxellois, la France va-t-elle, elle aussi créer ses " ces " réseaux de " pseudo-décideurs "

.ceux-là qui empêchèrent en juillet/août 2012 au " MSC FLAMINIA " de venir se faire " décharger " puis réparer dans le port de Brest,

.ceux-là qui ne sont pas choqués de voir des Marins du tiers monde naviguer sur des navires dangereux,

.ceux-là qui mettent les ports en concurrence,

.ceux-là qui sont incapables d'imposer sur tous les navires marchands et militaires un system de prévention tel que le JLMD Ecologic System ,

.ceux-là qui sont incapables d'imposer la déconstruction des navires en Europe,

.ceux-là qui sont incapables de prendre des décisions pour maintenir un pavillon français,

.ceux-là qui sont incapables de donner le bon cap pour former des marins français etc.…..

Alors avant de faire appliquer une norme, une de plus dans le port de Brest réfléchissez aux conséquences dévastatrices……et qui seront irrémédiables.

En 30 ans le volume transporté par la mer a progressé de plus de 450%, donc par les ports… oui il y des risques bien plus qu'ailleurs.

Les activités maritimes représentent plus de 320 000 emplois, plus que l'industrie automobile.

Lorsque le Président de la République cautionne le gigantisme des navires en assistant au Baptême du " CMA CGM Jules Verne " il cautionne plus de danger et de risques sur un seul navire que tous les produits stockés sur le port de Brest.

.Est-ce au nom du principe de la sécurité que des navires sont bloqués dans le port de Brest et abandonnés depuis octobre 2008 ?

.Est-ce au nom du principe de sécurité que les vieux navires ne peuvent pas être déconstruits à Brest ?

.Est-ce au nom du principe de sécurité que les navires militaires sont stockés dans une zone Natura 2000 à Landévennec ?

.Est-ce au nom du principe de sécurité que le Clemeceau est parti se faire déconstruire en Angleterre ?

.Est-ce au nom du principe de sécurité que l'exercice demandé par l'association MOR GLAZ sur les navires de la Penn-Ar-Bed reste sans réponse ?

.Est-ce au nom du principe de sécurité que le remorqueur dans le Golfe de Gascogne n'est pas remplacé ? Et bien d'autres questions qui restent sans réponse !!!!!!!!!