Association de citoyens qui défendent l'environnement maritime

 
- Accueil -

Landerneau le 14 août 2013

L'accident dans le port de Brest du vraquier " DUBAÏ FAITH " long de 180 mètres aurait-il pu être évité ?

photos reproduction interdite

 

l'association MOR GLAZ à son analyse sur le sujet.....

Le 7 mai 2013, le drame dans le port de Gênes aurait dû rendre plus prudent ceux qui décident du nombre de remorqueurs pour servir un navire qui entre ou sort d'un port à Brest ou ailleurs…….Pour l'association MOR GLAZ les moyens dans le port de Brest s

ont insuffisants, les remorqueurs ne sont pas assez puissants, il faut un remorqueur de 50 tonnes de traction et deux de 40 tonnes.

 

Questions que se pose l'asssociation MOR GLAZ: .

. Quels sont les pouvoirs des capitaines sur les navires marchands face au capitalisme du transport maritime ?

.Les pilotes signalent-ils aux autorités les navires dangereux et leurs doutes sur la qualité et la fiabilité de certains navires qui escalent dans les ports ?

.Les pilotes sont-ils suffisamment exigeants pour demander les moyens nécessaires ou alors la politique du clientélisme s'appliquerait-elle au détriment de la sécurité ?

.Les capitaines sont-ils entendus lorsqu'ils demandent des moyens supplémentaires pour assurer la sécurité des marins, des navires et des biens. L'association MOR GLAZ sait par ses adhérents de la marine marchande et du remorquage portuaire que quotidiennement les professions portuaires sont confrontées aux pressions du monde économique. Des armateurs qui souhaitent toujours les prestations portuaires au coût le plus bas lors des escales. Certains pseudo-armateurs allant même jusqu'à dicter à leur capitaine de navire le nombre de remorqueurs à utiliser lors des escales. Les capitaines, les marins et les autorités portuaires sont de nombreuses fois confrontés à l'opposition de la notion de sécurité et de rentabilité. Les donneurs d'ordres qui ignorent tout du réel fonctionnement d'un navire mettent sans arrêt les ports en concurrence souvent au détriment de la sécurité.

Les pilotes de port à Brest et ailleurs devraient être moins frileux et signaler les navires dangereux. L'omerta, les arrangements, le clientélisme et les pouvoirs excessifs de certains ne sont pas la solution et nous constatons qu'une partie des quais du port de Brest est gravement endommagée et aura des conséquences pour l'activité économique du port.

L'association MOR GLAZ dénonce la concurrence déloyale entre les ports.

L'association MOR GLAZ dénonce les dérives qui s'instaurent en prétextant vouloir réduire le coût du transport dans l'intérêt du consommateur (qui n'a rien à dire). En France depuis des années, les effectifs sur les remorqueurs portuaires sont remis en cause (en discussions) pour se conformer nous dit-on à ce qui se ferait ailleurs.

Pour l'association MOR GLAZ le remorquage portuaire est le premier maillon essentiel à la sécurité maritime et que cela a un coût qui représente que peu lors de l'escale d'un navire et au vue des tonnages transportés. La sécurité maritime commence dans les ports avec des services portuaires fiables en quantité et qualité suffisante.

Le clientélisme dans le port de Brest va cette fois encore coûter très chère à la collectivité et à l'image du port……..