Association de citoyens qui défendent l'environnement maritime

 
- Accueil -

Landerneau le 15 septembre 2011 Lettre ouverte adressée ce jour

aux élus qui se sont investis pour le maintien d'un remorqueur de haute mer à La PALLICE.

 

Mesdames, Messieurs,

Vous avez répondu présent lors de l'inquiétude de l'association MOR GLAZ quant au départ et au non remplacement de l'Abeille LANGUEDOC qui assurait depuis 2006 une sécurité maritime de haut niveau dans le Golfe de Gascogne.

Le site www.meretmarine.com titrait le 14 septembre 2011 " aucune garantie quant au remplacement de l'Abeille Languedoc ". Ce média toujours très bien informé par la Marine Nationale nous rappelait des informations que l'association MOR GLAZ qualifierait plutôt de communication de la part de la Marine Nationale afin de vous " nous " rassurer sur les moyens existants pour protéger au mieux nos côtes et secourir les marins de toutes nationalités qui y croisent y compris sur des navires qui devraient être depuis bien longtemps déclassés.

Le dernier épisode le 7 septembre 2011 de cette " péniche " qui a traversé le Golfe de Gascogne pour se rendre au Nigéria a une nouvelle fois attiré l'attention de l'association MOR GLAZ sur le manque de moyen dans le Golfe de Gascogne.

Malgré les mises en demeures du Préfet Maritime de l'Atlantique rien n'a changé, cette péniche a continué son périple avec à son bord 4 hommes, cette péniche sans pavillon en parfaite illégalité avec le droit maritime.

Mesdames, Messieurs, l'association MOR GLAZ est parvenue à vous sensibiliser, nous vous demandons de maintenir la pression sur le gouvernement français. Vous êtes des élus de proximité, ceux qui savent, ceux qui auront des comptes à rendre lorsqu'il se passera un accident ou un drame maritime. Vous devez rester mobilisé pour le maintien d'un navire sur zone basé à La PALLICE.

En juillet 2011, Madame Ségolène Royal, Présidente du Conseil régional de Poitou-Charentes a écrit à Matignon. Dans un courrier en date du 10 août 2011, François Fillon explique qu'il a certes, demandé à la ministre de l'Ecologie et des Transports, ainsi qu'au Secrétaire général de la mer, " de veiller à ce que les mesures nécessaires soient prises pour assurer la sécurité maritime dans la zone". Mais le premier ministre explique aussi, dans la même lettre, que " le flux de trafic le plus important dans le golfe de Gascogne transite du Cap Finisterre à Ouessant, et est aussi bien, sinon mieux, couvert en cas d'accident par les remorqueurs basés à Brest et en Espagne, mobilisables dans le cadre d'un plan de coopération entre nos deux pays, le Biscaye Plan ". Je vous rappelle mesdames et messieurs que le fonctionnement des remorqueurs espagnols n'a rien de commun avec le système français plus vigilant et plus réactif. Les propos cités ci-dessous montre bien la méconnaissance des services du premier ministre sur ce dossier, une parfaite méconnaissance.

Mesdames, Messieurs, évoquer les accords passés entre les sociétés de remorquage portuaire et l'Etat français est un fantasme. Les remorqueurs portuaires ne sont pas armés pour intervenir en haute mer et les équipages ne sont pas formés pour ce métier particulier de sauveteurs. Pour avoir été à l'origine du Comité de Groupe du remorquage français et secrétaire de ce même comité durant 15 ans, ces conventions ne sont que du papier elles ont toujours fait sourire les spécialistes du remorquage, mais conforté les représentants de l'Etat.

Mesdames, messieurs, l'association MOR GLAZ continuera à défendre ce moyen nautique à La PALLICE. Nous vous rappelons que le trafic maritime ne cesse de croître et les navires de commerce sont de plus en plus grands, transportant des marchandises dangereuses. Plus 1/3 de la flotte mondiale est en mauvais état, seul un remorqueur puissant armé 24h sur 24h doté d'une de traction de 140 à 200 tonnes peut véritablement faire face et répondre aux situations d'urgence toute l'année .Rappelons que les remorqueurs portuaires sont là pour assurer la sécurité dans les ports et sont sous contrat avec des armateurs.

L'association MOR GLAZ regrette que les Préfets Maritimes n'aient plus de pouvoirs décisionnaires et qu'ils sont aux ordres de Haut fonctionnaire qui n'y connaissent pas grand-chose au transport et à la sécurité maritime. Tenir le discours d'économie budgétaire est bien un discours du passé, En 1978 pour mettre en place une protection du littoral en France, il aura fallu des dizaines de naufrage au large de la Bretagne provoquant chaque fois des catastrophes humaines, écologiques, et économiques incalculables . 30 ans après le naufrage de l'Amoco Cadiz quel en est le coup réel pour les hommes et l'environnement ?. .

Mesdames, Messieurs, je me tiens une nouvelle fois à votre disposition si vous le souhaitez. La position de la Marine Nationale (si elle vient d'elle) est une position suicidaire, mais nous saurons lors du prochain naufrage à qui nous devrons nous adresser.