Association de citoyens qui défendent l'environnement maritime

 
- Accueil -

ASSOCIATION MOR GLAZ

Le 4 février 2016

Remorqueur dans le Golfe de Gascogne une priorité ! D'après la Préfecture Maritime de l'Atlantique, le remorqueur de haute mer dans le Golfe de Gascogne serait un faux débat, et les conditions météorologiques empêchaient la prise de remorque. La Préfecture Maritime se prononçait au nom du gouvernement ?

Certainement pas au nom de Madame Ségolène ROYAL qui en septembre 2011, dès le départ du remorqueur de sauvetage de La Pallice avait rencontré l'association MOR GLAZ et demandait à Madame Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET le retour immédiat d'un remorqueur de haute mer pour couvrir la zone du Golfe de Gascogne.

Ni au nom du Ministre de la Défense, monsieur Jean-Yves LE DRIAN qui sommait en décembre 2011 le Premier Ministre François FILLON de repositionner un remorqueur de haute mer et pourquoi pas ajoutait-il dans le port de Lorient.

Ni au nom de Monsieur Alain VIDALIES Secrétaire d'Etat chargé des Transports. En marge de la Commission Interministérielle de la Mer qui se tenait à Boulogne en 2015, le Conseiller du Secrétaire d'Etat demandait à l'association MOR GLAZ, si nous connaissions un armateur Français capable de faire construire des remorqueurs ayant une traction égale ou supérieure à 270T pour faire face au gigantisme des navires.

L'association MOR GLAZ constate avec satisfaction que le Président du Département de Charente Maritime, Dominique BUSSEREAU a décidé de mobiliser les élus de la Grande Région Poitou-Charentes., afin qu'un remorqueur de haute mer retrouve rapidement sa place pour couvrir la zone du Golfe de Gascogne. Mais aussi plusieurs experts indépendants du Transport maritime, ainsi que l'association Robin des Bois.

La Protection du littoral existe en France depuis 1978 suite à la catastrophe au drame en Bretagne de l'Amoco Cadiz. La mobilisation des élus de toutes tendances, suite aux multiples manifestations à Brest et ailleurs qui avaient rassemblé plus de 100 000 manifestants, parfois même dans la violence un remorqueur de haute mer l'Abeille Normandie prit la station au mois d'août 1978 à la disposition de la Préfecture Maritime de l'Atlantique.

En septembre 1979, un remorqueur de haute mer " Abeille Languedoc " était positionné à Cherbourg Abeille Flandre à Brest Abeille Provence à Toulon et un remorqueur de remplacement Abeille Normandie, afin de pallier aux arrêts techniques des autres remorqueurs. En 1979 un remorqueur de haute mer, armé par 15 hommes était affrété 76 000 Francs/ jour soit 11 500€jour

35ans plus tard, les moyens sont plus performants, le Groupe privé BOURBON a investi en 2005, 54 Millions d'Euros pour construire les Abeilles Bourbon ..Liberté construits sans aide public (armé chacun de 12 hommes) ils sont affrétés 12 300€ jour et les taux d'affrètement ne cesse de diminuer, moins de 10 000€ pour les Abeilles Flandre et Languedoc.

Ces navires sont armés 365 jours par an 24/24, ils peuvent appareiller si nécessaire en 20 minutes. Le manque des moyens de sauvetage n'est pas économique mais politique, manque de volonté, manque de priorité pour la sécurité maritime !

L'association MOR GLAZ rappelle et ceci est très important que lorsque les remorqueurs affrétés effectuent un remorquage, 50% de ce qui est perçu par la société " Les Abeilles " sont reversés à l'Etat Français. 21 catastrophes équivalentes à celle de l'Amoco Cadiz ont été évitées depuis 1978 !

Durant la période de 1991 à 1995, le nombre de remorquages réalisées (parfois pour récupérer des navires y compris abandonnés en mer) le taux d'affrètement avait été totalement recouvert..... 80% des sauvetages avaient été effectués par des forts coups de vent ou tempête y compris parfois sans aide extérieure (il suffit de lire les ouvrages du Commandant Jean BULOT).

L'association MOR GLAZ tient à préciser que si le remorqueur de haute mer avait été positionné dans le Golfe de Gascogne lors de la dérive du " Modern Express " et si la mise en demeure de faire cesser le danger avait été immédiate, en effectuant ce remorquage, le coût demandé à l'armateur et l'assureur aurait couvert le coût de l'affrètement du remorqueur pour plusieurs mois.

Jean-Paul HELLEQUIN

Président de l'association MOR GLAZ