Association de citoyens qui défendent l'environnement maritime

 
- Accueil -
 

Les 10 ans de station du remorqueur ABEILLE BOURBON

à Brest Le 9 avril 2015 à 0 heure, cela fera 10 ans " déjà 10 ans " que " ABEILLE BOURBON " assure la protection du littoral à la pointe de la Bretagne sous l'autorité du Préfet Maritime de l'Atlantique." ABEILLE BOURBON " mène une veille sans relâche, avec 12 marins à son bord, 24h/24h, capable d'appareiller en 20 minutes si nécessaire, 365 jours par an.

Il aura fallu militer, expliquer pour convaincre pendant plus de dix ans, afin d'obtenir ce moyen très performant pour surveiller plus de 170 navires qui croisent chaque jour au large de la Bretagne, et pour porter assistance si nécessaire.

Il en aura fallu du temps et des actions, l'engagement sans compter de quelques personnes convaincues, la mobilisation de milliers de citoyens en 2000, afin de demander, de démontrer, d'exiger, la nécessité d'un tel remorqueur pour protéger les marins, les biens, l'environnement et éviter des naufrages qui se transforment trop souvent en catastrophes.

Le 9 avril 2005 à 0 heure le célèbre et mythique remorqueur " ABEILLE FLANDRE " laissait son poste quai du Commandant Malbert à Brest pour continuer ses missions de service public en Mer Méditerranée sous l'autorité du Préfet Maritime de cette vaste zone méditerranéenne.

 

Depuis sa mise en service à la pointe Bretagne, le remorqueur " ABEILLE BOURBON " a effectué 109 opérations (sans compter les alertes météo) 48 remorquages (et pas des moindres), 55 escortes et 6 opérations à risques.

A partir de 1992, plusieurs Elus du Comité d'Entreprise de la société ABEILLES, le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest, puis à partir de 2001 l'association MOR GLAZ se sont battus, mobilisés sans relâche, sous différentes formes pour obtenir le remplacement des remorqueurs de protection du littoral sous l'autorité des Préfets Maritimes.

En avril et octobre 2005 les deux remorqueurs ABEILLE FLANDRE et ABEILLE LANGUEDOC (qui avaient eux-mêmes remplacé respectivement en 1979 les ABEILLES NORMANDIE et ABEILLE PROVENCE, à Brest et à Cherbourg) furent remplacées par ABEILLE BOURBON et ABEILLE LIBERTE.

Le remorqueur ABEILLE BOURBON est entré en flotte, grâce à la motivation et à la rencontre de quelques visionnaires, quelques personnes qui se sont engagées, mobilisées bien plus que d'autres… deux Amiraux Préfets Maritimes (qui se reconnaitront) se sont particulièrement investis, ont convaincu leur hiérarchie et l'Etat Français de l'intérêt, de la nécessité, de remplacer les remorqueurs existants, mais aussi de renforcer le dispositif en affectant "ABEILLE LANGUEDOC " dans le Golfe de Gascogne basé à La Pallice, remonté depuis le 1er septembre 2013 dans le Pas de Calais laissant le Golfe de Gascogne sans moyen d'intervention.

Depuis le départ du remorqueur du Golfe de Gascogne, l'association MOR GLAZ multiplie les rendez-vous, afin qu'un remorqueur soit repositionné dans un port de l'Atlantique, pour couvrir cette zone dangereuse et très fréquentée. Le 27 février 2015, comme bon nombre de fois depuis le 1er septembre 2013, la catastrophe a été évitée de justesse cette fois encore par la présence un peu par hasard sur zone du remorqueur de haute mer MALABAR de la Marine Nationale.

Face aux dangers croissants, au gigantisme des navires, à la forte croissance des produits transportés par la mer, et nombreuses dérives du transport maritime les moyens restent insuffisants.

L'association MOR GLAZ observe un vrai désengagement des services de l'Etat, et un manque de motivation de la part des Elus des Départements et des Régions du littoral pour obtenir et exiger plus de moyen, les intentions ne suffisent pas " plus ".

En 2005 les moyens ont pu être renforcés parce-que, l'engagement de l'association MOR GLAZ a été soutenue, par des élus et des spécialistes reconnus et impliqués pour une meilleure sécurité maritime, parmi ceux-ci, certains membres du Cabinet du Président Jacques CHIRAC, mais aussi, Guy GUERMEUR, Gilbert LE BRIS, Alphonse ARZEL, Jean-Yves COZAN, Jean-Claude GAYSSOT, Laurent GUILLOT, Gilles de ROBIEN et d'autres, toujours disponibles pour nous recevoir, attentifs au sujet et à ce projet.

La provision financière pour cet investissement important de 54 Millions d'Euros, pour construire les deux puissants remorqueurs n'aurait pu se réaliser sans la volonté, la patience, la vue sur le long terme du Groupe maritime privé BOURBON, ni sans son Président Jacques de CHATEAUVIEUX et le Délégué Général Christian MUNIER. D'où le nom ABEILLE BOURBON pour des raisons évidentes, malgré les polémiques inutiles sur le nom du remorqueur lors de son arrivée à Brest.

A la vue du bilan, du nombre des opérations de sauvetage et d'assistance réalisé par le remorqueur ABEILLE FLANDRE et ABEILLE BOURBON, il n'est plus nécessaire de démontrer l'utilité de ce moyen de prévention mis en place après les catastrophes humaines, économiques et écologiques qui ont suivi le naufrage de " AMOCO CADIZ " au large de la pointe Bretonne en mars 1978.

Combien de temps, et de catastrophes, faudra-t-il pour que l'Etat et les Elus du littoral mettent en place plus de moyens pour prévenir, et faire face aux accidents.

Pour l'association MOR GLAZ, les moyens de sauvetages ne suivent pas la course au gigantisme des navires. L'exercice effectué sur le demande de l'Action de l'Etat en MER en mars 2013 au large de la Bretagne avec le porte-conteneurs CMA CGM MARCO POLO aurait du permettre de tirer certaines conclusions, au lieu de se mettre la tête dans le sable. À quand " le plus jamais ça " de la part des Elus et des Administrations maritimes et environnementales. Comme d'habitude, les moyens seront mis en place qu'après la prochaine catastrophe maritime.

Le seul vrai moyen pour venir en aide aux navires en difficulté est le remorqueur de haute mer, affrété à plein temps, en veille 24h/24h capable d'appareiller en moins de 20 minutes si nécessaire, armé avec des marins en nombre suffisant, des marins de même nationalité, des navires en parfait état, avec une puissance égale ou supérieure de 200 tonnes de puissance au croc, navires sous pavillon Français Premier Registre, gérés par un armateur Français, sans ambigüité et fiable dans tous les domaines, sociaux, techniques financiers et autres.

Bon vent, et bonne continuation à ABEILLE BOURBON et à ses équipages.